La fin des médias sociaux! La révolution sociale sur Internet est finie! L’explosion de la bulle sociale!

Si vous vous intéressez de près ou de loin aux médias sociaux, vous avez dû suivre l’entrée en bourse de Facebook fracassante et les foudres de la presse qui l’ont suivi.

Pas de panique… On aime toujours ça un titre scandaleux. Il paraît que ca vend mieux. Est-ce que l’on peut vraiment dire que l’échec de Facebook en bourse est précurseur de la fin des médias sociaux. À notre avis, non.

 

En effet, Internet c’est plus de 2 milliards d’utilisateurs, dont plus de 900 millions inscrits sur Facebook, 550 millions sur Twitter et 150 millions sur LinkedIn. Même s’il y a indéniablement une certaine saturation du marché des médias sociaux, il faut quand même continuer de répondre à la demande de ces plusieurs centaines de millions d’utilisateurs.

Le problème majeur rencontré par les médias sociaux est que l’on pensait pouvoir en évaluer les fournisseurs monétairement, ce qui plaisait énormément aux investisseurs. Avec l’incident Facebook, les investisseurs ont compris qu’investir dans des entreprises de médias sociaux n’offrirait pas le rendement spectaculaire qu’ils attendaient.

En bref, le nombre d’investissement devrait chuter. Mais cela n’empêchera pas de nouvelles plateformes d’être créées, ni celles existantes de continuer d’évoluer pour toujours mieux répondre aux besoins des internautes.

On peut d’ailleurs le voir avec l’avènement de Google +, ou même avec Pinterest qui gagne chaque jour en popularité! Finalement, les événements de ces dernières semaines doivent nous rappeler l’obligation que nous avons de toujours nous remettre en question – et c’est vrai pour toute entreprise, pas uniquement dans le cadre des médias sociaux – pour s’assurer que l’on répond adéquatement aux besoins de nos clients.

De notre côté, nous sommes impatients de voir comment les médias sociaux et l’agences de marketing numérique vont évoluer pour faire face à cette réalité.

 

En effet, Internet c’est plus de 2 milliards d’utilisateurs, dont plus de 900 millions inscrits sur Facebook, 550 millions sur Twitter et 150 millions sur LinkedIn. Même s’il y a indéniablement une certaine saturation du marché des médias sociaux, il faut quand même continuer de répondre à la demande de ces plusieurs centaines de millions d’utilisateurs.

Le problème majeur rencontré par les médias sociaux est que l’on pensait pouvoir en évaluer les fournisseurs monétairement, ce qui plaisait énormément aux investisseurs. Avec l’incident Facebook, les investisseurs ont compris qu’investir dans des entreprises de médias sociaux n’offrirait pas le rendement spectaculaire qu’ils attendaient.

En bref, le nombre d’investissement devrait chuter. Mais cela n’empêchera pas de nouvelles plateformes d’être créées, ni celles existantes de continuer d’évoluer pour toujours mieux répondre aux besoins des internautes.

 

Avec l’incident Facebook, les investisseurs ont compris qu’investir dans des entreprises de médias sociaux n’offrirait pas le rendement spectaculaire qu’ils attendaient.

On peut d’ailleurs le voir avec l’avènement de Google +, ou même avec Pinterest qui gagne chaque jour en popularité! Finalement, les événements de ces dernières semaines doivent nous rappeler l’obligation que nous avons de toujours nous remettre en question – et c’est vrai pour toute entreprise, pas uniquement dans le cadre des médias sociaux – pour s’assurer que l’on répond adéquatement aux besoins de nos clients.

De notre côté, nous sommes impatients de voir comment les médias sociaux et l’agences de marketing numérique vont évoluer pour faire face à cette réalité.